Pourquoi la mort nous fait-elle peur ?

Pourquoi la mort nous fait-elle peur ?

Toujours dans la série des articles du jeudi, aujourd’hui on va parler de la mort.

La mort est un objet nécessaire et impossible. Nécessaire car nous savons comment cela va finir. Nous ne savons pas quand ni où, mais on sait que cela arrivera un jour. Impossible car tout simplement, nous ne savons rien de la mort. Qu’est-ce que c’est ? Existe-t-il quelque chose après ?

la mort

Crédit photo : * Polly *

C’est sûrement ici que l’humanité se différencie des animaux. Il semble que les animaux n’aient pas réellement conscience de la mort.

La définition des philosophes

Pour faire relativement simple, deux courants de pensée existent chez les philosophes. D’abord, on n’a ceux qui pensent que ce n’est rien, qu’il n’y a rien après : le néant. Cela signifie donc qu’il n’y a aucune raison d’avoir peur de la mort, puisque c’est “rien” (Epicure)

Le deuxième courant de pensée est que la mort est en faite le commencement d’une nouvelle vie. Dans ce cas-là, si mourir nous permet de vivre, ou revivre, alors là non plus, il n’y a aucune raison de mourir (Platon).

On peut se demander à quoi bon réfléchir à la question, puisque de toute façon, la fin est inévitable. C’est vrai. Cependant, en fonction de nos croyances, notre vie aura un gout différent (Pascal). De toute manière, la personne qui ne veut pas se prononcer car on ne sait véritablement pas, ne fait pas de philosophie.

Ici on parle de métaphysique. Les sciences “courantes” ne répondent pas à ces questions : “Pourquoi mourir ?”, “Qu’est-ce qu’il y a après la mort ?”, “Qu’est-ce que le bien, le mal ?”.

Le fait que l’on se pose ces questions, fait de nous des êtres pensants, des êtres humains, des être philosophants. Les grecs parlaient de mortels. Cela ne désigne pas ceux qui vont mourir, car même les animaux meurent, mais cela désigne ceux qui vont mourir et qui le savent, sans s’arrêter de réfléchir à la question.

On sait pertinemment que l’on ne pourra pas résoudre ces questions. Que faut-il faire alors ? Continuer de chercher en vain ? Je ne pense pas. Il faut apprendre à affronter la mort, ou du moins l’idée qu’on en a.

Montaigne a intitulé le titre de l’un de ses Essais : “Philosopher c’est apprendre à mourir”. Initialement, cette idée vient de Platon, repris par Cicéron ensuite.

Deux sens peuvent être exploités sur cette citation. Le premier, initié par Platon. La mort est le but de la vie. On y converge tous mais les philosophes plus simplement. Pourquoi ? La philosophie n’est pas un suicide, au contraire, mais la permission d’avoir une vie plus agréable et plus douce, sans avoir peur de la suite.

L’autre sens, celui de Montaigne est radicalement différent. Pour lui, la mort est la finitude de la vie, le bout du chemin. Il faut se préparer à cette fin et l’accepter, sans pourtant gâcher le temps qu’il nous reste. Pour faire cela, Montaigne va décider de penser la mort très souvent, jusqu’à ce que ce soit habituel.

arbre mort

Crédit photo : Philippe Rouzet

J’ai envie de vous citer une phrase de Montaigne qui m’a fait réfléchir : “Je veux qu’on agisse, et qu’on allonge les offices de la vie tant qu’on peut, et que la mort me trouve plantant mes choux, mais nonchalant d’elle, et encore plus de mon jardin imparfait.”.

On a dit que pour philosopher, il faut apprendre à mourir. Tout simplement car philosopher c’est apprendre à vivre et que, dans la vie, il y a l’idée de la mort.

Il y a donc un choix à faire. Une vie après la mort, le néant, ou bien se refuser de choisir, car de toute façon ça ne changera fondamentalement rien.

Spinoza, dans l’Ethique, disait quelque chose de très intéressant. Pour tout être fini, il y aura toujours quelque chose ou quelqu’un de plus fort, qui pourra le détruire, le tuer. C’est ce qui fait que nous allons mourir. La nature est plus forte, l’univers est plus fort. Vivre, c’est se battre, résister et nul ne peut le faire indéfiniment. C’est pour cela que ça ne sert à rien de trop y penser. De toute manière, nul n’est sage en entier. Il faut bien accepter de passer des moments douloureux à avoir peur.

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *