Le parcours du sage Siddhartha

Le parcours du sage Siddhartha

Je viens tout juste de terminer l’oeuvre de Hermann HESSE intitulée Siddhartha et je vous avoue que je me sens un peu bizarre, ce livre m’a vraiment apporté quelque chose d’assez intense et dont je vais devoir prendre un petit peu de recul avant d’écrire cet article.

Il faut tout de même commencer par parler de l’auteur, Hermann HESSE (1877-1962). Cet homme a reçu le prix Nobel de littérature et cela ne m’étonne pas du tout. Son style d’écriture, sa maitrise de la langue font que nous sommes accrochés au fil des pages, et pour ne pas vous mentir, j’ai parfois eu du mal à en sortir.


Ce livre, Siddhartha a donc été écrit en 1922. C’est l’histoire d’un jeune brahmane appelé Siddhartha. Depuis son plus jeune âge, il est reconnu pour ses qualités, sa sagesse, son intelligence. Très jeune il va vouloir abandonner son père, sa famille pour rejoindre des ascètes samanas dans l’espoir, déjà, de trouver la paix de l’âme. Il va donc vivre dans la forêt, de manière très pauvre, il va apprendre à jeuner, à penser et à patienter. Il va donc les rejoindre avec son fidèle ami d’enfance Govinda.

Au bout de plusieurs années, les deux jeunes hommes vont partir de chez les samanas pour entendre la merveilleuse doctrine de Gotama, le Bouddha. Cependant, Siddhartha a connu beaucoup de maîtres, beaucoup d’enseignements et cela ne l’a pas aidé à trouver la paix à l’intérieur. Il est donc un peu réticent car pour lui, la sagesse ne peut s’enseigner. On peut enseigner tout sauf cela. Rien ne remplace l’expérience, le fait de voir, d’avoir entendu, d’avoir vécu finalement. Ils vont donc avoir la chance, comme des centaines d’autres d’écouter la célèbre doctrine du Bouddha. Charmé par cette dernière, Govinda va demander de devenir un des fidèles de Gotama, ce qu’il va devenir par la suite. A ce moment-là, Siddhartha lui ne va pas choisir cela, il va continuer son chemin. Les deux amis vont donc se séparer, pour parfois se retrouver grâce au hasard le plus total…

A présent, Siddharta va vouloir repartir et il va aller dans une ville où il va rencontrer la magnifique Kamala. Pour la charmer, elle lui demande d’avoir de l’argent, de beaux vêtements, de belles chaussures, choses qu’évidemment il n’a pas car il arrive de la forêt. Il va donc lui réciter un magnifique vers qui va lui permettre d’obtenir un premier baiser avec Kamala. Satisfait comme jamais, il va donc s’atteler à réunir de l’argent pour lui plaire. Pour cela, il va rencontrer le vieillard, riche marchand, Kamaswani. Il va apprendre énormément de choses avec cet homme, à faire du commerce, à faire des affaires. Cependant, notre héros ne va pas réellement s’intéresser à cela. Il va le faire uniquement pour continuer de voir Kamala. Il va donc devenir un véritable marchand et il va acquérir de nombreuses richesses, toujours dans la même optique : Kamala. De nombreuses tensions vont avoir lui avec son maître car selon lui, il ne s’investit pas assez dans les affaires et qu’il pourrait faire bien mieux.

Propriétaire d’un magnifique jardin avec de très beaux arbres, d’une maison avec de la nourriture à profusion, il va profiter quelques années tout en restant ce qu’il a toujours était : un samana. Il va jouer énormément d’argent d’un coup, même parfois mettre en jeu sa maison, puis il va perdre et regagner etc. Pour lui l’argent n’a pas vraiment de valeur, c’est sans doute pour cela qu’il joue sans compter…

Palais du Maharaja
La beauté du monde indien

Crédit photo : Jean Pierre dalbéra

Un beau jour, il va se rendre compte qu’il n’est toujours pas en paix avec lui-même. Il s’est mis au vin, aux occupations de riches, il avait une magnifique femme à ses côtés mais cela ne suffisait pas. Il va donc décider, au plus profond de lui-même, de tout quitter, de partir comme un voleur. Il va laisser sa maison, ses domestiques, Kamala, son jardin, son maitre, tout. C’est en apprenant la nouvelle que Kamala compris qu’elle attendait un enfant, de Siddhartha.

Malheureux, Siddhartha va marcher sans réellement savoir vers où. Il va trouver un fleuve où il va tenter d’arrêter de souffrir, de faire sortir le dégout qu’il avait de sa précédente vie de riche en plongeant dans ce fleuve pour mourir. C’est à ce moment-là, qu’au plus profond de lui-même, il va entendre une voix, une voix qui va le pousser à ressortir de l’eau, de se battre finalement. C’est ce qu’il va faire, puis il va s’endormir là, en plein dans milieu de la forêt, sans la moindre protection.

Quelques heures plus tard, à son réveil, il va voir un moine vêtu de jaune : c’était Govinda. Il était donc devenu moine et avait voulu protéger cet homme qui s’était endormi là des dangers de la forêt. Govinda mis quelques temps à reconnaitre son ami d’enfant, son vieil ami. Leur rencontre, après ces années de séparation est magnifique, très touchante mais le moine dû repartir assez rapidement…

Siddhartha vit un vieil homme qui faisait passer les gens de l’autre côté du fleuve avec son bateau. Il va donc faire équipe avec lui : Vasudeva. Ce sage va lui apprendre à écouter la voix du fleuve, la voix des animaux, la voix de la vie. Il va lui apprendre énormément de choses et Siddhartha va lui raconter toute sa vie. Ils vont vivres ensemble des années, partageant le même toit et la même nourriture tout en s’accordant beaucoup de temps à écouter le fleuve, à être patient, à réfléchir (c’est un passage vraiment très intéressant tout ce qu’il va apprendre avec son nouveau maître !).

Puis un beau jour, la rumeur que le Bouddha était mourant été arrivée jusqu’à la ville, où Kamala décida de partir, avec son enfant, écouter pour la dernière fois la célèbre doctrine. L’enfant et sa mère mirent beaucoup de temps à arriver jusqu’au fleuve car l’enfant avait besoin de faire des pauses, de manger et de boire. C’est à ce moment là que Kamala se fit mordre par un serpent au ventre. Ses cris de souffrance étaient tellement fort que les deux passeurs l’entendirent et allèrent porter secours à la femme mourante. Siddhartha reconnu immédiatement son amour, Kamala. Vasudeva lui annonça qu’elle allait mourir et qu’il ne pouvait rien faire pour la sauver. La femme décéda et Siddhartha se retrouva avec son fils, âgé de 11 ou 12 ans.

Mais cet enfant venait de la ville, il n’avait pas l’habitude de vivre dans la forêt, de manger uniquement du riz ou des fruits. Il devient désagréable avec son père et finit par s’enfuir. Siddhartha voulait le retrouver mais sans succès. Toujours sur les conseils de son maitre, il le laissa partir, non sans mal. Pour calmer sa douleur, Vasudeva lui demanda d’écouter encore une fois le fleuve, encore plus attentivement qu’habituellement. C’est à ce moment précis que Vasudeva quitta le camp, quitta son métier et son abri de fortune et parti : il avait rempli sa mission (ce passage est une nouvelle fois magnifique, je vous le recommande vivement).

Rivière indienne
Rivière indienne

Crédit photo : sandeepachetan

Un peu plus tard, le livre termine là dessus, les deux amis d’enfance se retrouvèrent. Govinda lui demanda de lui enseigner ce qu’il avait réussi à apprendre au cours de sa vie. C’est à ce moment que Siddhartha lui dit que la sagesse ne s’apprend pas avec des mots, mais que seule l’expérience pouvait rendre sage.

Siddhartha demanda à Govinda de lui baiser le front. Surpris dans un premier temps, puis voyant le caractère sérieux de son ami, s’exécuta. C’est à ce moment-là que Govinda va comprendre réellement…

Evidemment j’en dis pas plus sur la fin, je ne veux pas vous faire perdre tout le suspens, mais vraiment, ce livre est à lire, il est génial. Pour tout vous dire, je le relirais certainement une nouvelle fois.

Mon avis sur le livre :

Points positifs : 

  • L’histoire : c’est vraiment le point positif de ce livre. Elle est passionnante, elle retrace toute la vie de Siddhartha, ses étapes, ses erreurs pour devenir sage. On apprend aussi un peu d’Histoire, avec les tribus indiennes, leur mode de vie !
  • Les leçons philosophiques : évidemment, on apprend énormément de chose en lisant cette oeuvre. On apprend par exemple que la sagesse ne s’apprend pas dans les livres, qu’on peut seulement s’en inspirer mais il faut le vivre par l’expérience pour le devenir véritablement… ;
  • Les sentiments : j’en parle car ça m’a vraiment marqué. Les sentiments de Siddhartha, par rapport à son père, à son fils, sont vraiment très impressionnants à lire, on ressent véritablement ce qu’il peut ressentir ;
  • Le style d’écriture : assez simple même s’il faut prendre le temps pour bien lire. L’auteur (Hermann Hesse) étant prix Nobel de littérature, son style est vraiment très plaisant à lire (c’est le moins que l’on puisse dire !) ;
  • Le prix : 3,90€ pour cette oeuvre, ça serait dommage de s’en priver !
  • Il est complet : on ne pourrait imaginer une suite à ce livre, il est vraiment complet et retrace toute la vie du personnage.

Points négatifs :

  • Le nombre de page peut-être, j’aurais bien aimé en lire davantage, bien que en 150 pages environ, l’histoire tient très bien et on aurait pu perdre en qualité si l’auteur avait voulu rallonger l’oeuvre ?
  • Il faut être concentré à la lecture : vraiment j’insiste sur ce point, ce n’est pas, à mon point de vue, une oeuvre que l’on peut lire dans les transports en commun, avec des bruits. Il faut vraiment être au calme, seul, pour pouvoir apprécier à sa juste valeur l’oeuvre ;

Maintenant c’est à vous de jouer ! Postez un commentaire ci-dessous pour me donner votre avis sur le livre, sur l’article !

Si vous souhaitez acheter ce livre pour moins de 5 euros, cliquez ici : lien Amazon

PS : je précise que ce lien est un lien affilié. Cela veut dire que si vous achetez ce livre en cliquant sur ce lien, je recevrais une petite partie de la somme pour faire vivre ce blog. Evidemment, cela ne change pas le prix du livre ;).

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *